La Dixième Porte par Stéphane Chao

Publié le

« Lorsque le samouraï atteignit le monastère des Neufs Portes au sommet d’une montagne située non loin de Nara, il découvrit les vestiges d’un jardin zen, où un ruisseau coulait sans eau et un arbre poussait sur un rocher. Comme de coutume, le maître du monastère accueillit son visiteur en proférant un kōan, une sentence énigmatique destinée à provoquer l’illumination intérieure : « L’univers est un jardin zen, dit-il, où une simple chandelle répand le jour. » »

 

Commenter cet article

Marc Legrand 01/01/2017 21:28

Peut-être le texte le plus énigmatique que j'ai lu de Stéphane Chao. Chaque mot participe de l'ambiance. A lire et à relire, là encore.