Viduité par Georgie de Saint-Maur

Publié le

« « Mon ventre phagocyte tout, chuchota-t-elle au vieux portraitiste pourri, c’est là le caprice psychopompe de ma nature de femme. »  Et elle tendit ses bonnes grosses joues fessues à l’amical tapotement de ses doigts.  Mais franchement, était-elle toujours amoureuse d’Igor, le peintre alcoolique ?  Sa prodigieuse morbidesse lui plaisait, et pas rien que dans ses tableaux si vous voyez ce que je veux dire.  Je suis grossier ?  Tant mieux ! »

 

Commenter cet article

Jérôme Pitriol 26/01/2016 14:25

Une nouvelle recto verso pleine d'énergie et de petites trouvailles. J'ai noté un clin d'œil à l'Ampoule plus un à l'Abat-jour, ce qui semble prouver au moins une chose : monsieur de Saint-Maur travaille tard et s'abîme les yeux.

marie chevalier 17/01/2016 17:07

naturellement j'ai lu avec plaisir ce texte plein de bonne humeur comme toujours