La chevalière par Henri Cachau

Publié le

« Je me console en pensant qu’il s’agit d’une histoire vraie, qu’en terme d’écriture, la meilleure façon de la retranscrire est de ne rien ajouter qui puisse altérer sa vraisemblance : ni superflu, ni redondance émotive ! Ainsi ressortira-t-elle noire de chez noir, comme elle me parut lorsque je me suis décidé d’en assurer sa retranscription… »
 

Commenter cet article

Calvo 04/03/2014 14:54


Bravo ! très bonne nouvelle. Quelle écriture et quel vocabulaire. A lire et à relire !