Épisode 7 : Les Caveaux et les Lieux

Publié le

L’analyse du Métapolier (le plateau de jeu officiel du Métapoly) est une tâche complexe. Elle touche à sa fin cette semaine avec l’examen minutieux de deux types de cases, les Caveaux et les Lieux. Georgie de Saint-Maur et sa bande vous proposent également :
- d'excellentes anecdotes ;
- la patte de Daniel Goossens ;
- le tribut d’Actéon sur les cases mineures ;
- les tributs de l’Oracle du Tiroir et de l’Ermythe aux Vœux ;
- les questions de la Poule de Cristal ;
- et un point complet sur la triche au Métapoly.

 
 

Désormais, vous en savez plus sur le Métapoly.
Le Métapolier vous donne du fil à retordre ? Vous voulez apprendre à tricher correctement ? Vous êtes allergique aux jeux de plateau ?
Notre comité d’experts répond à vos questions dans la section « Commentaires ».

Commenter cet article

Minily 17/05/2021 14:41

Je ne puis cette fois rester de marbre quant à la rubrique "les vieilles chansons et comptines de Métapoly". Je la fredonne sans cesse de la salle de bain au jardin. Vous ai je fait part de ma participation à un groupe vocal de renom? Nous pourrions inclure une charmante vidéo dans laquelle nous vous démontrerions notre talent de fou en chantant un de nos tubes : "Lundi matin, .......la la; comme j'étais pas là (la la), le p'tit prince a dit (dit dit) puisque c'est ainsi, nous reviendrons... ".

L'Oracle du Tiroir 18/05/2021 09:55

Je suis vivement intéressé. Tout ce qui flatte l'oreille est bon à prendre, et j'ai le sentiment que vous pouvez rivaliser haut le micro avec nos plus voyants ténors de la variété française télégénique. Oui, le compliment est un peu léger, je l'admets. Mais le sentiment de l'Oracle a une valeur inestimable. Et une bande-son de qualité est vraiment tout ce qui manque au Métapoly.

Jean-Luc Dalcq 15/05/2021 00:41

Mon cher Georgie, un peu comme vous, je reste un timide. Ou disons que j'affectionne un certain carnaval. Je veux dire garder un masque à condition qu'il ne devienne évidemment pas obligatoire. Donc très peu pour moi l'idée de me battre les parties génitales sur la place publiques avec des aphorismes de mon cru. Alors que Facebook, dans mon sommeil, à mon corps défendant, se permet de n'en faire qu'une bouchée. Je ne peux que renvoyer votre panel de lecteurs érudits et au demeurant intéressés à cette "petite" maison d'édition inébranlable au piquant incomparable. Bien à vous, cher vicomte.

Georgie de Saint-Maur 16/05/2021 03:02

And the rain sts in
It's the angel man
I'm deranged

Jean-Luc Dalcq 14/05/2021 21:18

Comme d'habitude, belle amorce pour la fin des fluidités. Je pense que je vais recommencer à lire les premiers chapitres de ce roman innommable, dans tous les sens, avec en toile de fond les remarques d'Estime et jugulaire, que j'avais subrepticement laissées de côté.
En français, j'adore quand la pertinence oesophrasmique (néologisme pour dire que la folie est bien plus subtile qu'une rente viagère, théorie battue en brèche par Artaud par exemple) est notre mère nourricière à tous. Et même si ça part dans tous les sens, qu'importe si ça nous permet d'en retrouver un. La boucle étant bouclée comme aurait pu dire Jules Cuit, qui aux dernières nouvelles, s'achauvissait?

Georgie de Saint-Maur 15/05/2021 00:21

Cher jean-Luc,
Œsophrasmication, voilà le terme qui me vient au bord des grandes lèvres, lorsque je tente (Sidonie) de virevolter par-dessus vos pertinentes interventions.
Les commentaires sont un bel espace d'expression, et vous l'utilisez à merveille;
Nous parlerez-vous de vos texticules ? Qui (si vous ne le faites pas) resteront cryptorchidiques. Nous parlerez-vous de la masturbation du Cactus ? Qhi (si vous n'en faites rien) restera maculaire.
Des extraits ! Nous voulons des extraits ! Criait la foule en colère...