L'Ampoule n°18

Publié le

        
Avec les participations de Sylvain Barbé, Léa Bayle, Antonia Bellemin, Patrick Boutin, Henri Cachau, Jacques Cauda, Stéphane Chao, Sandrine Cuzzucoli, Francis Denis, Marianne Desroziers, Vincent Deyveaux, Béatrice Dumont, Antonella Fiori, Aleilton Fonseca, Esther J. Hervy, Gilbert K., Elisabeth Kern, Le Golvan, Camille Le Maléfan, Lemée, Marilyse Leroux, Lordius, Barbara Marshall, Claire Musiol, Rip, Sabine Rogard, Georgie de Saint-Maur, Philippe Sarr, Alice Scaliger, Liliane Stein, Dominique Stoenesco, TanieBlue, Audrey Tison et Christian Vanlierde.
 
 
 


 

Version PDF            Sommaire            Illustrations


Avis sur les textes et les illustrations, suggestions, critiques :
donnez votre opinion dans les commentaires !

Commenter cet article

Sylvain Barbé 16/01/2016 14:33

Beaucoup de sensibilité dans ce numéro de l'Ampoule. Textes, illustrations, un beau numéro.

Manuela Legna 29/12/2015 14:52

Voyage in utero est superbe !

Jérôme Pitriol 20/12/2015 01:59

L'Arbre aux Pendus est une création très accrocheuse. Et je ne parle pas de la vénérable coutume, qui a depuis toujours su élever le génie humain à des hauteurs insoupçonnées, mais de la présente nouvelle, que l'on peut confortablement effeuiller sous le couvert de sa bonne vieille Ampoule.
Tout y est impressionnant de maîtrise, dans l'histoire de cette jeune déracinée livrée à la sauvagerie du monde rural du Far West au 19ème siècle ; l'organisation narrative, où chaque bourgeon est situé sur la bonne branche ; la peinture psychologique du personnage principal (la narratrice), frémissante jusqu'au bout des nervures ; et ce style naïf puissant et précis qui confère sa sève au texte, une force d'évocation rare. Sans parler du thème abordé, éminemment sulfureux et pourtant si élégamment traité, loin de la morale et de l'arborescence généalogique officielles.
Avec un tel travail, comment l'histoire de cette pauvre jeune femme, entre colère et résignation, solitude et fusion, pourrait-elle ne pas vous nouer le gosier ? Sa famille se décompose (au pied de l'arbre), elle n'a pas d'amis, pas d'appui, et - pire que tout - on comprend à demi-mot qu'elle n'est pas suivie sur facebook. Mais pour nous, c'est encore un beau cadeau de l'Ampoule, qui nous attend au pied du sapin, un arbre de Noël d'un genre un peu spécial.
Une seule interrogation peut-être, à la fin de la lecture : où était passée l'assistante sociale, pendant tout ce temps ?

Benoît Patris 19/12/2015 11:26

Encore un épisode des Collines de Hurlefou haut en couleurs ! Quiconque aime les analogies picturales, l’éthologie, l’anthropologie, l’ironie, les airs d’harmonica sous la canopée, la politique bananière, l’art de la guerre rustique, les histoires d’amour entre primates, les ruses simiesques et l’humour en milieu naturel sera comblé. Il y a ici un peu de Planète des singes, d’Apocalypse Now, de Roméo et Juliette, de La Guerre du feu, d’I.G.H. et même de Twilight !
Mention spéciale à cette maxime, qui rappelle bien des discours : « Nous sommes les gentils. Les gentils n’attaquent jamais. Ils défendent leurs valeurs. »

Bravo à Lordius, j’attends la suite avec impatience !