Choc frontal

Publié le

Un choc frontal, voilà ce que propose Georgie de Saint-Maur dans cette nouvelle chronique repoussant les limites de l’analyse. Membre éminent des « Psychanalystes Sans Frontières », Georgie met toutes ses compétences en œuvre pour dresser ici un portrait psychologique édifiant de Monsieur Choc, l’ennemi masqué de Tif et Tondu dans la célèbre bande dessinée.
Vous voulez réagir à ses propos ? Les commentaires sont là pour ça ! Mais surtout faites bien attention : Georgie vous attend et il est armé ! 

 


 

Avec les illustrations d'Antonio Lapone, Daniel Goossens, Goum (voir ci-dessus), Salma, Flobo et Etienne Pipart.
 

Commenter cet article

Philippe Hoornaert 08/05/2015 05:42

Bonjour Georgie, j'espère que vous allez bien également. Je ne perds pas de vue Monsieur Choc et ses amis (bourreau, sauveur, victime en une seule personne, l'auteur?). Vous m'avez éveillé à la dimension jumelle des tandem de héros qui serait l'expression de deux faces d'un même personnage. Dès lors serait-on tenté de revoir ses lecture d'enfance sous cet angle, y compris lorsque les héros sont la combinaison d'un être humain et d'un animal (voire d'un objet?). Si j'ai lu l'entièreté de votre texte sans le lexique spécialisé voulu pour comprendre le vocabulaire pratiqué par le spécialiste en psychanalyse qu'à l'évidence vous êtes et qu'une deuxième, troisième voire sixième lecture s'imposent à l'artiste éparpillé que je suis, un détail me saute aux yeux, un peu comme la maille d'un filet. Pour étayer ma réflexion, j'ai demandé à un ami - de notre génération, j'imagine - de me prêter quelques trois albums de Tif et Tondu qu'il tarde à me livrer et dont il aura retenu les répliques comme tous ceux qui s'en souviennent, plus que les dessins et leur symbolique subliminale que vous avez si bien décryptée. Croyez bien que l'ouvrage que vous m'avez confié ne souffre pas de la moindre indifférence de ma part. Simplement ai-je trop de fers au feu et que je ne veux pas m'acquitter à la hâte de la tâche que vous me confiez, c'est à dire de prendre la chose à la légère. Peut-être vous ferai-je la surprise d'une réponse avec argumentation étayée, au moment où vous l'attendriez le moins, n'y croyez plus. Accordant l'importance voulue à la parole, je pense avoir toujours honoré promesses et engagements pris. Même si cela prend du temps, hélas parfois déraisonnable, défaut des perfectionnistes? Si je puis prétendre à la moindre excuse, en regard du temps déjà écoulé, dans l'immédiat je vous informerai tout de même que j'ai à présenter deux examens à l'occasion de deux cours du soir suivis, de monter aux créneaux pour deux gros projets que j'ai lancé en 1978, actuellement en cours de matérialisation Ceci en sus de différents projets personnels, alors que pinceaux et burins m'attendent avec appétit à l'atelier sans se soucier des séances de dessin que j'ai déjà à sucrer et deux trois tours de pédales pour impérativement dérouiller les jambes. Bref chaque matin, comme tout un chacun j'imagine, il est de se dire que l'on a beau avoir plusieurs idées à la fois, on ne peut les réaliser qu'une à une. Enfin j'espère avoir pris le soin de réaliser "ici et maintenant" l'idée qui m'est venue dernièrement et qui consistait à vous écrire pour vous répondre, ce qui est la moindre des attentions et des politesses.
Vous aurez compris que j'accuse déjà beaucoup de retard concernant la lecture des documents que vous m'aurez transmis après le document "choc" reçu.
Très cordialement. Philippe

Serge Hamels 04/04/2015 07:33

Je ne comprends vraiment pas la réaction du « professeur » de Hasque (professeur de quoi d’abord ?) puisque, apparemment, il vous connait et ne vous apprécie pas, pourquoi lit-il vos textes ? Idem pour Vincent Duval, qu’est-ce qui l’oblige à lire ? Il croit influencer les lecteurs en donnant un avis négatif ? Il se prend pour un leader d’opinion ? Comme personnage imbu de lui-même il se pose un peu là. Moi, je suis comme Hamlet : lire ou ne pas lire, telle est la question.
Pour l’article, je ne sais pas, je le trouve un petit peu moins bien que « Métapoly » (Mais Métapoly c’était magique !), mais bon, ça reste quand même super original. Maintenant je ne sais pas si vous écrivez avec un dictionnaire (c’est fort possible car cette subite vocation de psychanalyste me laisse un peu sceptique), mais avant d’écrire son commentaire, ce monsieur Duval aurait quand même pu réviser un peu sa grammaire.

Victor Allard 03/04/2015 04:42

Salut Dgeordge ! J'ai lu ton article et j'y ai retrouvé quelques morceaux de choix qui n'appartiennent qu'à ton style. La mise en page est un peu serrée par moments mais le plaisir de lecture était bel et bien là, bien qu'il faille parfois s'accrocher pour comprendre le sens de certaines tournures de phrases. J'ai cru reconnaître ton style de dessin par instant, notamment dans cette illustration du début où Choc se cache derrière un pilier et qui semble être un hommage au "Secret de la Grande Pyramide" de Jacobs.

Georgie de Saint-Maur 03/04/2015 17:46

Merci Victor. C'est franc, c'est direct. C'est tout à fait toi.
Oui, les dessins sont de moi. Je me réjouis de recevoir ton Pirlouit. Encore merci.

Francis Carin 02/04/2015 17:34

Bonjour Géorgie, j'ai mis un temps certain à te répondre à ton article sur Mr CHOC... mais j'avais une bonne raison...que tu peux voir en pièce jointe: J'AI RENCONTRÉ LE VRAI, L'UNIQUE, L'ORIGINAL MONSIEUR CHOC!!!! Tu comprendras que ton article, très intéressant par ailleurs, ne vaut pas ce que Monsieur CHOC lui-même m'a raconté sur sa vie de papier... J'ai juré sur la tête de Saints-Tif -et-Tondu de ne rien dévoiler sous peine d'être damné ainsi que ma descendance pour 7 générations! Je passerai l'arme à gauche en emportant dans mon urne (Je serai un jour réduit en cendres) mon plus profond secret (Bien que je serai placé sur un coin d'une cheminée). Même sous la torture je ne dirai rien! Voilà, cher Géorgie, encore toutes mes félicitations pour ce bel article, qui par certains côtés est assez très bien vu, je l'avoue... Avec toutes mes amitiés qui, j'espère, ne sont pas trop choquantes!
Francis

Georgie de Saint-Maur 03/04/2015 02:44

Cher Francis,

Recevoir tes amitiés est un honneur.

Je suis content que Monsieur Choc t’ait fait des confidences, bravo. Je me réjouis de son retour.

Merci d’avoir lu mon article.

Vraiment très heureux que tu l'aies apprécié.

Maria Vasquez 01/04/2015 02:13

Bonjour Georgie, J’espère sincèrement que vous allez bien. A partir de maintenant je me "nomme" la malade principale de l'association "Psychanalystes Sans Frontières". Maria a lu attentivement "Choc Frontal" et elle a regarde les statistiques des français par rapport l’identité des personnages... Il est grave car se tromper est plus "schizophrénique" encore que se taiser... Cela sera que vous me permettez attendre la deuxième partie pour continuer en cogitant et donner une réponse un peu moins "con" de ce que j'ai dans ma tête ? Le limite de mon analyse a touche le toit de la maison et je suis en train de ramasser les derniers débris pour réussir aller me endormir. Je vous remercie le détail de partager avec moi la chronique et a très bientôt. Félicitations,

Georgie de Saint-Maur 01/04/2015 16:58

Eh bien... Heu... Merci Maria.