Boléro par Jacques Cauda

Publié le

« À l’étage du dessus se tenait ce qu’au XXXIIe chant du Paradis saint Bernard nomme « Il nobe di mia mortalita », le nuage de ma mortalité, celui que nous appelions, avec un brin d’innocente tendresse dans la voix, Boléro. »