Épisode 23 : À l’assaut

Publié le

Roy ne tiqua pas en voyant l’aspect d’Axtone. Il se comporta comme s’ils s’étaient vus la veille et qu’Axtone était aussi bien habillé que lui. Pas de rejet ni de compassion lourdingue. Et de cela, Axtone lui était reconnaissant.
L’organisation de l’Italien avait rendu service à un égoutier de la ville. À présent, le gars renvoyait l’ascenseur en fournissant un plan détaillé du réseau des égouts dans la zone industrielle.
Pendant que Roy montait une équipe d’intervention — des hommes qui avaient connu et apprécié Carlo —, Axtone essayait de faire le point sur sa situation morale critique. L’alcool de la nuit avait indéniablement accentué son état dépressif. S’il voulait s’en sortir, il devait y renoncer. Les inconvénients du breuvage avaient maintenant largement dépassé les avantages.

Roy l’avait emmené dans un studio à lui. Garçonnière ou planque. Là, le sans-abri se doucha et se changea (Roy lui paya quelques vêtements). Les deux amis déjeunèrent ensuite au restaurant, le premier repas équilibré d’Axtone depuis une paye. Une paye… La compagnie de l’Italien remontait vraiment le moral du SDF.
— Vous ne voulez pas de ce bon vin italien ? s’étonna Roy.
— Non merci. Alors, vous n’avez pas entendu parler d’un second poinçonneur ? Un blond.
— Non. Par contre mon organisation a repris l’avantage dans la lutte contre la bande asiatique. Nous en avons traité quelques-uns… Poinçonneur est aux abois. Nous arrivons d’autant mieux à les repérer qu’ils ne peuvent plus se fondre dans la masse de la communauté asiatique de la ville. Celle-ci retourne en Asie à cause de la crise de la dette. Ces gens ont bien raison : un certain nombre de pays asiatiques ont un avenir plus radieux que celui de la vieille Europe.
— Les choses ne peuvent que s’améliorer…, soupira Axtone.
Le mobile de Roy les interrompit. Après une brève conversation, il raccrocha et déclara :
— L’assaut de la clinique est pour ce soir. Vous, mon ami, vous resterez en seconde ligne avec moi. Vous êtes convalescent.
— En effet, je reviens de loin.

La clinique fermait à dix-neuf heures. Roy lança ses troupes à vingt heures. Dans sa limousine garée dans la rue, il attendit tranquillement en compagnie d’un Axtone somnolent d’épuisement. Les médicaments de sevrage alcoolique l’aidaient mais le fatiguaient. C’était le moins du plus, comme d’habitude.
Enfin, un beau jeune homme brun presque aussi chic que Roy ouvrit de l’intérieur la porte de la clinique. Ils s’y engouffrèrent et refermèrent la porte.
— On n’a trouvé qu’un gardien, patron. On a commencé à fouiller, mais rien de suspect pour l’instant. Doit-on faire parler le gardien ?
— Oui, Francesco, mais que ça ne laisse pas de traces, répondit Roy.
— Pas de problème.
— Et ne me le tuez pas. Que Tony le marteau se contrôle.
— Entendu, patron.
L’entrepôt était de plain-pied. Il n’y avait qu’un endroit possible.
— Cherchez une trappe menant à un sous-sol, dit Axtone.
Lui-même ne participa pas aux investigations, il s’assit sur une chaise de la salle d’attente pour ne pas tomber.
— Qui c’est, ce gars qui tient même pas debout ? s’enquit le futur tortionnaire.
— C’est un ami, dit Roy. Fais ce qu’il demande. Il a été muscle comme toi. Maintenant il est cerveau, comme moi.
— Entendu, patron.
Roy alla fouiller. Axtone resta assis à se masser le ventre. Il avait dîné un peu auparavant. C’était délicieux et il s’était goinfré. Ça l’aidait à compenser le manque d’alcool. Seulement, il n’avait pas l’habitude de faire deux repas par jour et maintenant il se sentait mal.

Des cris s’élevèrent. L’interrogatoire avait commencé. Quelques minutes plus tard, ils redoublèrent. Ils finirent par s’estomper. Roy revint le voir.
— Vous êtes tout pâle. Pourtant, vous n’avez encore rien vu…
— C’est le suspense qui m’oppresse.
— Nous avons trouvé une trappe. Elle mène à une salle en sous-sol. J’ai demandé à mes amis de se montrer plus insistants auprès du personnel de la clinique. Le gars vient d’avouer. Il sait que son compte est bon maintenant que nous avons découvert le pot aux roses. Venez voir.
— De quelles couleurs sont-elles ? demanda Axtone en se levant avec difficulté.
— Quoi donc ? Vous êtes sûr que ça va ?
— Les roses.
— Rouges. Très rouges. J’espère que vous n’allez pas tourner de l’œil. Il y a un bloc opératoire, un grand frigo avec des organes dedans. D’après le personnel, le professeur Marquette se livre à un trafic d’organes. D’organes humains.
— Prélevés sur de jeunes sans-abri en bonne santé auxquels on promet gîte et couvert.
— C’est à craindre. Vous aviez vu juste. Il y a un homme sur le bloc, encore vivant. Il dormait, les cris l’ont réveillé. Je crois qu’il s’agit de votre compagnon d’infortune.
— Kevin !
Axtone se précipita au sous-sol, suivi de Roy. L’un de ses hommes s’y trouvait, les bras ballants, gêné du spectacle. L’unique pièce spacieuse contenait au centre une table d’opération sur laquelle un homme était allongé. Une grande armoire était disposée contre le mur carrelé de vert.
À côté du patient, une table roulante supportait les bistouris électriques et divers instruments chirurgicaux, ainsi qu’un respirateur d’anesthésie. Au plafond, la lampe puissante diffusait une lumière sans ombre. Dans un coin trônait un grand réfrigérateur-congélateur qu’Axtone préféra ne pas approcher.

C’était bien Kevin. Il avait été lavé et portait une chemise d’hôpital verte comme les murs et le linoléum. D’un geste doux, Axtone souleva le vêtement. Le ventre était hachuré de plusieurs pansements. Hold-up à l’intérieur du corps humain.
— Kevin, tu m’entends ?
— Axtone ? Qu’est-ce qu’ils m’ont fait ? J’aurais dû t’écouter, l’ancien.
— T’inquiète, c’est fini. On va te soigner. Dis-moi un truc… T’as oublié une photo en partant. C’était qui, cette fille ?
— Oh ! Céline… Le drame de ma vie…
— Raconte-moi.
Axtone lui prit la main. Kevin la serra.
— Une confession avant le grand voyage ? Ça pourrait m’aider. Ouais… On s’est connus il y a quelques années. Une ado fugueuse. Elle faisait du stop. Moi j’avais dix-huit ans, je venais d’avoir mon permis. Conduite encore hésitante. Je l’ai prise. On a fait connaissance et on s’est aimés, le plan classique. Elle était encore mineure alors on est restés discrets. Je lui disais souvent, mange un peu plus, elle était si maigre. Mais tellement énergique. Au bout d’une semaine d’amour merveilleux, la seule belle semaine de ma vie, je l’ai ramenée chez ses parents. On allait se revoir. Dans un virage, on s’est embrassés. Le ravin. Je me suis réveillé à l’hosto. Elle n’était nulle part. Introuvable ! J’ai pas parlé d’elle à la gendarmerie. Une mineure fugueuse, tu comprends… Elle avait été éjectée de la voiture décapotable dans la chute. Elle avait pas bouclé la ceinture. Je suis retourné sur le lieu de l’accident. Aucun indice. Pendant des mois, je l’ai cherchée. Il y avait un violeur dans les parages à cette époque… Je m’en voulais tellement. J’arrivais plus à rien. Brisé. C’est comme ça que je me suis retrouvé à la rue. Mais tu trembles ?
— Où a eu lieu l’accident ?
— Sur la nationale 32, après le rond-point du sanglier. Je risque pas d’oublier… 
Il grimaça et des larmes coulèrent sur ses joues.
— Je reviens, le temps d’appeler les secours, dit Axtone d’une voix neutre.
Il remonta. Chagrin et espoir menaient grand tapage en lui. Il s’adossa au mur et posa les mains sur les cuisses pour faire enfin cesser ce fichu tremblement. Roy s’approcha et lui mit la main sur l’épaule.
— D’après le prisonnier, votre camarade était gardé en vie pour le second prélèvement demain matin : les organes vitaux.
— La deuxième couche…
— Le prisonnier est solidement attaché. Nous allons nous éclipser. Ça va aller ?
— La police va se déplacer, cette fois. Sinon je mets le feu à la clinique…
Il appela Police Secours puis retourna au chevet de Kevin. Il ouvrit l’armoire et y trouva des photos de visages de femmes avant et après chirurgie esthétique. Une sorte de plaquette commerciale. Marquette pratiquait ces opérations juteuses clandestinement puisqu’il n’avait plus le droit d’exercer sur les humains.
C’est alors qu’il comprit que Poinçonneur et Poinçonneur bis ne faisaient qu’un. Marquette lui avait changé le visage. En échange, il ramenait des SDF et effectuait d’autres basses besognes comme se débarrasser des cadavres. Pour la couleur de peau, il avait dû prendre des cachets façon Michael Jackson. Affaire classée.

Affaire classée concernant Marquette qui avait été arrêté et risquait une lourde peine de prison, sauf vice de procédure. Poinçonneur par contre s’était enfui. Son gang en déroute et sa tanière débusquée, il avait quitté le pays. Bon débarras, mais Axtone ne goûtait pas ce poinçon de Damoclès au-dessus de sa tête.
Les premiers jours du sevrage alcoolique avaient été difficiles : sueurs, palpitations, migraines et tremblements. Les cachets l’avaient bien aidé. Ainsi que le sentiment d’avoir atteint son quota, le maximum d’alcool que son corps pouvait endurer pour un bout de temps.
Kevin était mort à l’hôpital. Axtone n’avait pas les moyens, alors Roy avait payé l’enterrement. L’homme était généreux. Il offrait une récompense à qui lui fournirait des renseignements sur la localisation de Poinçonneur. Mais le monde est grand, et Poinçonneur était un voyageur intercontinental. Le bras de Roy était long, mais pas à ce point.
Axtone était soulagé d’apprendre enfin dans quelles circonstances sa fille s’était volatilisée. Il savait qu’elle était morte. Sinon, elle serait réapparue. Le violeur dans la région avait dû trouver son corps juste après l’accident… Il restait à Axtone à retrouver les restes de sa dépouille mortelle. Il n’était pas pressé de faire cette découverte. Non, vraiment, il n’avait pas la force de s’y mettre immédiatement. D’ailleurs, après tout ce temps, quelle importance ? Pas le courage non plus de prévenir la mère. Il l’informerait quand il aurait avancé, plus tard.
De toute façon, il avait une priorité plus grande : reprendre le travail, un travail rémunéré légalement pour ne plus dépendre des subsides de Roy. Si le dandy italien disparaissait de nouveau subitement, alors à la rue le petit père Axtone ! C’était hors de question, il ne le supporterait plus.

Le démantèlement de l’odieux trafic d’organes faisait grand bruit dans la presse. Pour passer sous silence l’intervention de Roy et sa bande, Axtone avait inventé une fable : il aurait enquêté tout seul pour retrouver son camarade d’infortune. Ensuite, puisque la police refusait d’intervenir, avec d’autres sans-abri il aurait investi la clinique pour faire éclater au grand jour les pratiques criminelles de l’équipe de Marquette.
Une histoire épique et poignante dont les héros solidaires étaient les pauvres parmi les pauvres. La recette était savoureuse : incurie de la police, méchants défaits par les gentils pauvres, et fin dramatique avec la mort du jeune Kevin. Voilà qui intéresserait les lecteurs d’Enquêtes sordides. Aussi, le magazine lui offrit une belle somme pour l’interviewer. Le journaliste aurait aimé aussi interroger les compagnons d’équipée d’Axtone, mais ces gens sont à la fois fiers et humbles, ils préfèrent l’ombre à la lumière. Un vrai héros ne cherche pas de médaille. Axtone, lui, encaissa le chèque.
Amanda vint lui rapporter son PC portable et quelques affaires personnelles qu’il avait laissées dans son départ très hâtif. Elle les avait cachées à la cave et se trouvait soulagée de s’en débarrasser : « Tu te rends compte, s’il les avait découvertes ? »
Elle lui en voulait de son départ précipité et de l’avoir mise en danger. Elle avait découvert fichée dans le mur des parties communes la balle qu’avait destinée l’Asiatique à la tête d’Axtone. Il lui en voulait d’avoir mal supporté la promiscuité quotidienne et les bouteilles de pastis.
Mais elle appréciait grandement qu’il ait cessé de boire. Et son mari la délaissait, alors qu’elle avait tant besoin de réconfort. Vivre sans tabac, à la limite. Mais sans amour, non. Quant à lui, comme beaucoup d’hommes, la libido prenait le relais des sentiments ; ça faisait si longtemps.
Ils reprirent donc leurs relations charnelles.

Mangin par contre refusait de reprendre leurs relations professionnelles houleuses. Le traître avait essayé de trouver un nouveau locataire. Comme l’immeuble venait d’être déclaré insalubre, la location à usage de bureau n’était plus légale. Axtone était prêt à s’arranger, mais le rouquin boudait. Son tibia restait douloureux et les excuses du détective n’avaient aucune vertu antalgique. Madame Mangin, à l’hôpital, était dans l’incapacité de faire la médiatrice.
Qu’à cela ne tienne, Axtone crocheta la serrure de la porte du bureau et réintégra le local. Il économisait ainsi le loyer. Il n’avait plus l’électricité, certes. Mais ce problème n’était pas nouveau. Souvent, pour facture impayée, il devait se contenter de la lumière du jour. En fin de journée, il s’éclairait d’une grosse lampe-torche dont il rechargeait la batterie chez sa voisine, Madame Pinget. Il prenait bien soin chaque soir de recharger à son domicile la batterie de son PC portable. Pour le téléphone, plus de fixe, il se contentait de son mobile. Et pour la connexion Internet, il empruntait le WiFi d’une société de l’immeuble d’en face. Il avait appelé le standard en se faisant passer pour un employé râleur qui en avait marre de ces changements de mot de passe. La gentille dame naïve avait calmé son courroux simulé en lui donnant le nouveau mot de passe. La sécurité commence par la formation du personnel, la technique ne vient qu’en second.


Lordius

Commenter cet article

Calvo 23/03/2014 21:34


J'ai vraiment adoré ! Vraiment ! A lire et à relire pour déceler toutes les petites subtilités... Bravo Lordius.