Silence par Ariel Weil

Publié le

« Il était rentré tard ce soir-là. Anxieux, il avait tendu l’oreille, scruté le couloir. Il espérait que l’enfant serait encore éveillée. Il détestait la trouver déjà endormie. C’était pour lui comme de rater sa soirée. Il regrettait alors de s’être pressé ; luttait pour ne pas repartir. La mine déconfite et le pas rageur, il rôdait dans l’appartement, ivre de déception. Il déplaçait bruyamment les objets, feignant de ranger pour souligner le désordre.  Il empilait souvent mon courrier et tout ce qu’il estimait me revenir de faire disparaître, qu’il posait en évidence dans l’entrée. Ses reproches muets l’apaisaient. Il échouait dans la cuisine. »

Commenter cet article

Marc Legrand 31/01/2017 19:34

Très beau texte servi par une plume agréable, sans faille et d'une précision chirurgicale dès qu'il s'agit de rendre une ambiance, planter un décor ou faire passer une émotion. Magnifique.